APL

Pas d’économies sur le dos des locataires

 

 

 

6,5 millions de locataires vont perdre 5 euros d’APL dès octobre, puis 8 à 10 euros dans un an … Et ce n’est qu’un début, car en 2018, le gouvernement compte retirer 60€ de plus à chaque locataire HLM qui perçoit l’APL !

 

 

 

Il annonce une baisse de loyer équivalente pour ces locataires mais cela coûtera 1,4 milliard aux HLM ! En faisant main basse sur cette part des recettes des HLM, le gouvernement menace le bon entretien des logements, la réhabilitation thermique, la production de nouveaux HLM, l'encadrement humain et les missions sociales des HLM…. Des bailleurs sociaux pourraient être mis en liquidation. Cette mesure impacte tous les locataires, les mal logés, les organismes HLM et leurs salariés… alors les inégalités se creusent, que le nombre de demandeurs HLM augmente et que les secteurs immobiliers et locatifs privés sont épargnés…

 

 

 

C’est pourquoi nous appelons les locataires HLM et du privé à se mobiliser, avec le collectif «vive l’APL» pour exiger

 

le retrait du décret -5 €, et le maintien intégral de l’APL !

 

A Nîmes, Samedi 14 octobre 2017 à 11h

 

Rassemblons nous devant la Préfecture

 

Non à la baisse des APL !

 

 

 

Organisé localement par : ATTAC, CNL , DAL, LDH, UCDR, CGT Union locale Nîmes, CGT Conseil Départemental, CGT HLM, Union Syndicale SOLIDAIRES Gard, SUD Territoriaux du Gard, CNT, Les Indignés, Nuit Debout, Alternative libertaire, Ensemble 30, France Insoumise, NPA, PCF, Parti de Gauche, ...

 

Parmi les premiers signataires nationaux :

 

Association des Cités du Secours Catholique, Attac, Collectif des SDF de Lille, CFDT, CGL, CGT, DAL, Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, FAGE, Fédération des ESH, Fédération nationale des Associations régionales HLM, Fondation Abbé Pierre, Fondation Armée du Salut, FSU, Habitat et Humanisme, FTCR, Ligue des Droits de l’Homme, MNCP, Offices HLM, Petits Frères des Pauvres, Secours Catholique - Caritas France, SNL, Union syndicale Solidaires, UNEF, ...

 

Manifestation de soutien aux demandeurs d’asile jeudi 30 mars - 18 heures - départ Maison Carrée à Nîmes

 

 

 

Après le démantèlement de la « Jungle de Calais », de nombreuses personnes, pour la plupart originaires du Soudan, ont été accueillies dans les deux CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) mis en place à Nîmes.

 

 

 

Ces personnes sont convoquées par la Préfecture dans les semaines qui viennent pour être renvoyées dans le premier pays par lequel elles sont entrées en Europe, et notamment en Italie.

 

 

 

Cette procédure dite de « Dublin », permettant à un pays de renvoyer les migrants vers le premier pays d’Europe par lequel ils sont entrés en Europe et où ils ont été enregistrés, n’est pas obligatoire. Il est du ressort du préfet de ne pas l’appliquer et de permettre ainsi que les demandes d’asile soient faites en France, particulièrement quand on suspecte des mauvais traitements dans l’État de l’Union européenne dans lequel on veut renvoyer les personnes concernées.

 

 

 

De nombreux préfets, notamment celui de l’Hérault, ont pris cette décision qui est conforme à la promesse faite par Bernard CAZENEUVE, alors ministre de l’Intérieur, lors du démantèlement de la « Jungle de Calais » (« Je ne souhaite pas qu'à partir des CAO on procède à des opérations de 'dublinage' » cité dans un article de Ouest-France du 28 octobre 2016).

 

 

 

La situation en Italie, un des pays où le nombre des migrants qui arrivent en Europe est le plus important, est actuellement très difficile. De nombreuses associations sur place (dont Amnesty International) dénoncent les conditions de vie et d’accueil. Des expulsions illégitimes sans étude de la demande d’asile sont réalisées, même vers des pays comme le Soudan dont nous connaissons la dramatique situation de guerre. Renvoyer les personnes en demande d’asile vers l’Italie c’est prendre le risque de les renvoyer directement vers le Soudan qu’elles ont dû fuir.

 

 

 

Le Préfet a refusé de répondre aux diverses demandes de rendez-vous des associations qui accompagnent les migrants et n’a pas donné suite non plus à la démarche du comité inter religieux de Nîmes.

 

 

 

Devant cet inadmissible silence, la mobilisation citoyenne doit se développer.

 

 

 

Manifestation Jeudi 30 mars à 18h00
Départ devant la maison carrée et
arrivée devant la préfecture, avenue Feuchères
.

 

 

Nous vous demandons également d’envoyer rapidement un courrier au préfet pour lui demander de répondre à la demande de rendez-vous qui lui a été faite. (cf modèle de lettre joint à ce mail).
Les coordonnées de la préfecture sont :  Monsieur le Préfet du Gard, 10 avenue Feuchères, 30045 NÎMES Cedex 9.
Mail :
prefecture@gard.gouv.fr.
Merci d’envoyer une copie du courrier que vous envoyez au préfet à
reseau.anais30@gmail.com

Le DAL Nimes et environs appelle à assister à la projection du film "Afectados" de Silvia Munt, au cinéma le Sémaphore de Nimes, le jeudi 24 novembre à  20h30, en présence de la réalisatrice.

Le DAL Nimes et environs tiendra sa prochaine assemblée générale le jeudi 27 octobre à 18h30 au local de l'APTI, bd Sergent Triaire à Nimes. Cette rencontre est ouverte à toutes les personnes concernées par les sujets abordés par le comité.

Le DAL Nimes et environs sera présent à la manifestation contre la Loi travail du jeudi 28 avril, 15h, au quai de la Fontaine à Nimes. Rejoignez nous !

Le journal de Solidaires 30 de mars avril 2016 nous donne la parole
Le journal de Solidaires 30 de mars avril 2016 nous donne la parole

Le DAL de Nimes et environs sera présent à la manifestation du 31 mars contre la Loi El Khomri. Venez défiler à Nimes dès 15h00 derrière la banderole du Comité !

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le DAL, Comité de Nimes et environs, appelle à manifester le jeudi 31 mars 2016

 

Pas d'expulsion sans relogement, un toit c'est un droit !

 

 Face au chômage et à la précarisation accentuée par la crise économique et sociale,le mal-logement est en France un problème concret pour des millions de personnes : étudiant-e-s, travailleurs-ses pauvres, chomeurs-ses, enfants ou personnes âgées…

 

A l'occasion du 9ème anniversaire de la Loi DALO (Droit Au Logement Opposable), le Comité Droit Au Logement (DAL Nimes et environs) renouvelle un certain nombre de demandes, au moment de la fin de la trêve hivernale qui relancera les expulsions :

 

 - relogement des mal logé(e)s et sans logis ;

 

- arrêt des expulsions sans relogement et des coupures de fluides (eau, électricité, gaz...) ;

 

- application de la loi DALO et DAHO, afin que ce nouveau droit devienne effectif ;

 

- réalisation massive de vrais logements sociaux, accessibles aux ménages modestes ;

 

- renforcement des moyens de défense des locataires, des mal logés et des sans logis ;

 

- le maintien des structures d’hébergement d’urgence, été comme hiver ;

 

- une application de la Loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) débouchant sur une véritable baisse des loyers et des charges et un accès au logement des précaires et des jeunes.

 

 Nous appelons les personnes qui sont ou qui se sentent concernées à venir avec leurs oreillers, duvets, tentes, pyjamas… pour camper devant la préfecture, le jeudi 31 mars 2016, à partir de 18h00, avenue Feuchères de Nimes, pour montrer de façon combattive que des gens dorment dehors toute l’année. Dormir dehors, une histoire à rester debout  !